Un voleur de Bagdad, de Sherko Fatah – éd. Métailié

Un voleur de Bagdad Sherko Fatah MétailiéCa commence comme un conte des Mille et une nuits, et ça finit dans l’horreur des massacres SS de la fin 1944. Porté par un souffle romanesque étourdissant, Un voleur de Bagdad nous entraîne dans le sillage d’Anouar, gamin des rues qui grandit en escaladant les murs de la légendaire cité traversée par le Tigre. L’Irak des années 1930 connaît alors ses premiers soubresauts nationalistes : pour se défaire de l’emprise britannique, les militaires se soulèvent contre les Anglais et s’allient avec le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Partagé entre la bande de voleurs dont il envie la liberté, les militaires dont il admire l’uniforme et son amitié envers Ezra son ami juif, Anouar se retrouve vite au cœur des tourbillons d’une Histoire qui semble soudain s’accélérer sans lui laisser le temps de grandir. « Je viens de loin et je ne sais plus qui je suis. »

En plus d’être un formidable roman d’aventure, Un voleur de Bagdad parvient à cerner brillamment les enjeux de la période 1930-1950 en prenant un point de vue oriental sur les événements. Avec beaucoup de finesse, Sherko Fatah raconte l’imbrication de l’antisémitisme et du nationalisme arabe, montre comment la guerre 1939-45 a pu apparaître comme un espoir de libération pour les peuples colonisés, analyse l’étonnante alliance entre Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem, rappelle comment le cynisme des Russes contribua au massacre de Varsovie, et raconte le destin méconnu des régiments musulmans de la SS.

Personnages réels et fictionnels s’entremêlent dans un récit porté par la voix d’Anouar, cette voix qu’il semble avoir perdu dans le bourbier sanglant d’une guerre trop grande pour lui. « Cela m’étranglait quand je voulais parler. (…) Lorsque j’étais revenu, ma capacité de faire un rapport, et a fortiori un récit, était réduite à néant. Et puis à qui aurais-je raconté comment un monde était tombé en ruine alors qu’ici, dans mon pays, tout était resté comment autrefois ? » On avait déjà pu prendre la mesure de l’inestimable talent de l’écrivain allemand (notamment avec En zone frontalière, 2004). Cette fois, on est hypnotisés par la fougue de son écriture, capable de nous entraîner avec autant de facilité des toits ensoleillés d’une Bagdad en ébullition aux étendues glacées d’une l’Europe de l’Est ravagée. Du grand art.

Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, septembre 2014, 468 pages, 22 euros.

Faits divers, de Anouk Ricard – éd. Cornélius

Faits divers Anouk Ricard CorneliusScrupuleusement, Anouk Ricard a relevé dans la presse quotidienne régionale des titres de faits divers dont elle s’applique ensuite à imaginer le déroulement. Elle transforme alors en saynètes comiques ces phrases insensées, rendues plus drôles encore par le détachement déclaratif avec lequel elles semblent prononcées (“Bois de Vincennes : les deux troncs seraient en fait un seul et même tronc.”). En un dessin ou en un petit gag de deux pages, Anouk Ricard fait divaguer l’information récoltée, essayant de se figurer comment les choses ont pu en arriver là : comment on peut dépouiller un prêtre pendant une confession, comment on peut éventrer une soixantaine de piscines avant de se faire arrêter par la police, comment on peut interpeller un parrain corse à Disneyland.

“Il tente de changer ses excréments en or… et met le feu à l’immeuble.”

“Il abandonne sa compagne qui s’étouffe au restaurant.”

“Auchan reçoit de la cocaïne à la place de bananes.”

Cette lie de l’humanité, parce qu’elle vire souvent au ridicule ou au grotesque, devient une source d’histoires inestimable. Cambriolages ratés, situations ubuesques et accidents idiots passent à la moulinette d’Anouk Ricard. Ses petits personnages animaliers, son humour faussement naïf et son dessin espiègle exacerbent encore l’incongruité de ces faits divers crétins. Le rire, spontané, irrépressible, devient alors aussi une réaction face à la cruauté de l’espèce humaine, dont la créativité n’a pas de limite quand il s’agit de jouer des tours diaboliques à ses congénères. Un album défouloir, nourri à la bêtise des hommes (et des femmes).

Faits divers Anouk Ricard Cornelius extraitOctobre 2012, 64 pages, 11,50 euros.


☛ POURSUIVRE AVEC > Notre article sur le précédent album d’Anouk Ricard : Coucous Bouzon.

ET AUSSI > Notre article sur Planplan cucul, d’Anouk Ricard, dans la collection “BD cul”.