MUSIQUE / Top 5 des meilleures reprises

Les livres, c’est bien, mais au bout d’un moment, kruik. Voilà pourquoi, chaque nuit de pleine lune, L’Accoudoir ouvre ses colonnes à Julien D., qui sonde, analyse ou détériore le paysage musical. Ce week-end, rien de tout cela, juste un petit Top 5 histoire de bien s’amuser (oh oui alors).

L’idée a germé il y a deux semaines, en évoquant la reprise du classique A Horse With No Name d’America par Jacques Duvall et Jean-Marc Lederman (Jacques Duvall, qui, au passage, a fait une adaptation très drôle de Ti Amo, devenu Je te hais). Pourquoi ne pas évoquer ces reprises qui, en prenant le contre-pied de leur modèle, ont su réinventer des morceaux dont on croyait avoir fait le tour ? Ce Top 5 était né. Le choix est très subjectif et ne manquera évidemment pas de changer dans les dix minutes suivant l’envoi de cet article, mais bon. On commence par la fin, pour mettre un suspense encore plus insoutenable.

N°5 : Satisfaction – The Rolling Stones (1965) / Devo (1978)

i-cant-get-no-satisfaction-devo rolling stones coverIl n’y a rien de plus drôle que de déboulonner des monuments, juste pour le plaisir d’entendre les gardiens du Temple hurler au sacrilège. Alors forcément, quand Devo s’en prend au Satisfaction des Rolling Stones comme Duchamp, jadis, avait souillé La Joconde, on ne peut que trouver cela jouissif. La version des Residents aurait également pu faire l’affaire, si elle n’était pas finalement plus arty que réellement débile. Celle de Devo, qu’on jurerait fredonnée par Woody Woodpecker, n’a d’autre ambition, elle, que d’abrutir la version d’origine. De l’héroïsme pur.

Avant : est-ce vraiment nécessaire ?
Après : cliquez ici pour écouter.

N°4 : N’avoue jamais / I Wanna Know – Guy Mardel (1965) / Paddy Klaus & Gibson (même année)

n avoue jamais guy mardel I Wanna Know Paddy Klaus GibsonIl serait plus pertinent de parler d’adaptation, le texte ayant été réécrit en anglais. D’où, d’ailleurs, un malentendu gênant. Pendant des années, nous écoutâmes l’obscur I Wanna Know avec plaisir, persuadés de détenir une perle rare, attribuant au talent mélodique de ses interprètes l’impression d’en connaître l’air depuis toujours. Jusqu’au jour où un détour par Nostalgie nous rendit la mémoire : il s’agissait d’une bête reprise de l’antique N’avoue jamais de Guy Mardel, troisième de l’Eurovision en 1965. Las, il était déjà trop tard pour nier l’évidence, alors autant tout avouer : Guy, on te kiffe !

Avant : cliquez ici pour écouter.
Après : cliquez là pour écouter.

N°3 : Guns of Brixton – The Clash (1979) / Nouvelle Vague (2004)

nouvelle-vague-guns-of-brixton-the-clashBon, c’est vrai, après quatre albums à refaire le coup du morceau new-wave à la sauce bossa-nova, le concept est devenu un rien prévisible. Mais cette relecture du Guns of Brixton des Clash est le premier titre de Nouvelle Vague qu’il nous ait été donné d’entendre. C’était en pleine nuit, sur un lit, d’ailleurs le choc fut assez puissant pour nous en faire tomber. S’ensuivront quelques années de refoulement avant d’oser admettre un tel blasphème : la reprise de Nouvelle Vague surpasse (mais de peu) la version originale. Tenez, elle a même réussi à nous faire aimer Camille. Lire la suite

MUSIQUE / Le rock gothique, musée des (vraies) horreurs

Les livres c’est bien, mais au bout d’un moment, beuh. Voilà pourquoi, toutes les 360 heures, L’Accoudoir ouvre ses colonnes à Julien D., qui sonde, analyse ou détériore le paysage musical. Cette semaine, parce que la mort de Jean Amadou nous a vraiment mis un coup au moral, parlons du rock gothique.

N’y voyez aucune prétention mais en terme de musique, nous sommes des gens plutôt ouverts. Il nous est arrivé de défendre Bénabar devant un parterre de rockers vomissant cette « nouvelle chanson française » et il n’est pas exclu qu’apparaisse un jour dans ces pages un éloge fiévreux d’un des genres musicaux les plus injustement méprisé, le disco. De même, il nous semble impossible de rejeter en bloc un genre musical tout entier (« J’aime pas le rap », « la techno, c’est nul »), d’abord parce que ses frontières seront toujours trop poreuses pour le permettre, ensuite parce que chacun possède sa propre échelle de valeurs et ses esthétiques contraires, si bien qu’il sera toujours possible de trouver le remède à quelque défaut présumé. Pourtant, il y a une famille, une seule, à laquelle nous ne trouvons de circonstances atténuantes : celle du rock gothique.

Un simple décorum

Joy Division Love Will Tear Us ApartQu’est-ce que le rock gothique ? Joy Division ou The Cure y sont parfois assimilés, erreur imputable à une lecture rétrospective des événements fondant en un seul bloc les influences et leur produit (de la même manière que les Stooges sont parfois abusivement classés dans la catégorie punk ou les Jesus & Mary Chain dans celle des shoegazers*). Certains classements des « meilleurs albums gothiques de tous les temps » incluent même certaines productions de Nico, des Cramps, de Damned ou même des Stranglers, comme si toute musique sombre était forcément « goth ». En vérité, lorsque ces groupes publient leurs disques-phares (à la fin des années 1970) et que Ian Curtis se suicide (en mai 1980), les termes de rock gothique ou de « batcave » sont encore totalement inconnus.

Christian Death Catastrophe BalletLa scène gothique véritable est plus restrictive. Elle se forme en Angleterre (principalement) dans les années 1982-1983, juste après que Bauhaus et Siouxsie and the Banshees en ont posé les jalons. Sa principale caractéristique ? N’être qu’une imitation puérile de ces deux pionniers et des influences évoquées plus haut, réduites à un décorum et vidées de leur substantifique moelle. La noirceur affichée par Sisters of Mercy, Christian Death, Rosetta Stone, Creaming Jesus, Fields of the Nephilim ou The Mission (dans sa version grand public) ne répond plus à l’inspiration d’un instant ou l’expression d’un mal-être, elle est un exercice imposé, une posture. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la mention « gothique », appliquée à des groupes punk, metal ou indus, se définit moins par des critères « idéologiques » ou musicaux qu’en fonction d’effets de style (maquillage, chanteur à grosse voix, textes morbides…) : tout n’y est qu’imagerie. Aucune innovation artistique majeure n’en a en revanche émergé.

Lire la suite