Engelmann, de Mahler – éd. L’Association

engelmann nicolas mahler l association bd couvertureEngelmann est un super-héros. Manque de bol, il n’a pas de muscles, pas de vitesse sonique, pas d’armes laser ni de vision nocturne. Son costume rose et ses ailes turquoise lui donne un air de bonbon volant, et ses trois super-pouvoirs, “l’émotivité, l’ambivalence et savoir-écouter-les-autres”, paraissent tout de même bien nazes par rapport à ceux de ses collègues. Alors qu’il rêvait de combats épiques, de suspense et d’interdiction aux moins de 16 ans, le Bureau des Scénarios, qui tire les rênes de son existence, en a décidé autrement. Pour de basses raisons commerciales, il a positionné le pauvre Engelmann sur le marché des écoles maternelles voire – pire ! – des filles, puisqu’il doit laisser s’exprimer son “côté féminin”.

Comme à son habitude, Mahler travaille chaque gag comme s’il devait être encore plus drôle que le précédent. Avec des effets simples, il fait de la moindre page une vraie trouvaille, pétrie de détails hilarants. Son humour lapidaire joue autant sur les dialogues que sur les silences et les attitudes, profitant à merveille du dessin schématique au possible de l’auteur. Entre un premier degré irrésistible et un second degré plein de malice, Mahler s’amuse à malaxer tous les clichés du comics. Il singe les étapes marquantes de la vie d’un super-héros, pastiche les archétypes du genre, allant jusqu’à mimer la mentalité d’un marketing tout-puissant aux décisions incohérentes. Bringuebalé par les changements d’orientation de sa série, frustré, perdu, Engelmann finit par vaciller. “Il faut savoir tenir le coup quand on se fait sans cesse réécrire le caractère”, s’épanche-t-il. Au point que le récit devient presque émouvant, lorsque Mahler raconte l’inévitable (et ridicule) descente aux enfers de son héros ailé. Bref, cette année, le meilleur comics ne paraîtra ni chez Marvel ni chez DC, mais bien à L’Association.

engelmann nicolas mahler l association bd extraitengelmann nicolas mahler l association bd extraitengelmann nicolas mahler l association bd extrait

Traduit de l’allemand par Eugénie Pascal, mai 2011, 90 pages, 18 euros.