Coup de sang, de Declan Hughes – éd. Gallimard/Série noire

Declan Hughes part avec un sérieux handicap : le polar irlandais possède déjà avec Ken Bruen une voix singulière, une plume pénétrante et mélancolique qui nous a offert certains des plus beaux romans noirs de ces dernières années. Pour ne rien arranger, le héros détective de Coup de sang, de retour en Irlande pour enterrer sa mère après avoir passé vingt ans aux Etats-Unis, se retrouve dans une situation similaire à un autre héros : celui de l’écrivain américain d’origine irlandaise Adrian McKinty, qui rentrait en Irlande dans Retour de flammes, paru il y a tout juste un an, également à la Série Noire.
Declan Hughes, auteur et metteur en scène de théâtre qui sort ici son premier roman, parvient pourtant à tirer son épingle du jeu. Réutilisant  les clichés du roman noir avec beaucoup d’aisance, il prouve qu’il sait les surmonter pour affirmer son style, particulièrement agréable à la lecture. Avec élégance, sans jamais laisser retomber la tension, il réussit non seulement à créer des personnages attachants, mais aussi à dresser le portrait de cette Irlande en pleine mutation que l’on avait déjà explorée avec la Galway désenchantée de Bruen ou la Belfast carnivore de McKinty. Declan Hughes s’applique lui à parcourir les arrières cours d’une Dublin fière de son boom immobilier, de son dynamisme économique et de son opulence de façade. Car derrière l’argent et la modernité, se planquent toujours les mêmes démons : drogue, alcool et corruption qui forment l’immuable trinité de cette nouvelle Irlande, sur laquelle Hughes porte un regard tantôt sévère, tantôt amoureux. Sans être révolutionnaire, Declan Hughes signe donc un polar léché et captivant, servi par une intrigue astucieuse, dont aurait tort de se priver.

Traduit de l’anglais (Irlande) par Aurélie Tronchet, 370 pages, 22,50 euros.

A LIRE > Un autre roman noir irlandais : En ce sanctuaire, de Ken Bruen.