MUSIQUE / Les Accous d’Or de la musique 2011

Les livres, c’est bien, mais au bout d’un moment, flurp. Voilà pourquoi, un week-end sur deux, L’Accoudoir ouvre ses colonnes à Julien D., qui sonde, analyse ou détériore le paysage musical. En cette fin 2011, l’heure est venue de récompenser les artistes les plus marquants de l’année.

Le truc insupportable, dans ce genre de cérémonies, ce sont les speeches d’un quart d’heure qui précèdent chaque remise de prix. Épargnons-nous cette étape ennuyeuse et passons tout de suite aux choses sérieuses.

> Prix du truc a priori inaudible mais en fait super bien de l’année : Univrs d’Alva Noto

Univrs Alva NotoPeut-on faire de la musique en samplant son rasoir, sa cafetière ou le vibreur de son portable ? Ce disque en est la preuve. En guise de matière sonore, le musicien allemand Alva Noto n’utilise, sur Univrs, que des bzzz, des vrrr et quelques pftghr. Non seulement l’album procure un plaisir auditif unique, mais il se révèle même étonnamment… dansant !
Ecoutez plutôt : cliquez ici.

 

> Le héros de l’année : Tyler, The Creator

Tout a commencé avec cette vidéo, mise en ligne au mois de février :

Invités sur le plateau de Late Night with Jimmy Fallon, pour ce qui constitue leur première grande télé, Tyler et son camarade Hodgy Beats y interprètent Sandwitches avec une hargne qui n’appartient qu’aux débutants, et redonnent au passage une dignité au port de la chaussette haute. Mieux encore, à l’heure ou KanYe West s’amuse à mettre le plus de couches possibles sur les morceaux qu’il produit (lesquels représentent à peu près trois quarts des sorties rap actuelles), Tyler et son collectif Odd Future ressuscitent la brutalité froide des productions “chopped and screwed”.

Mais le plus beau, sur ces images, reste leur conclusion, lorsque les deux musiciens reviennent faire les zouaves avec le monsieur en cravate. Toute la beauté de leur prestation tient à ce mélange entre rage débridée et insouciance juvénile. Certains reprochent à Tyler de verser dans une provocation de cour d’école (croix renversées, featuring de la méchante dans The Ring…), mais c’est exactement ce qui fait sa grandeur : prions pour que jamais il ne devienne un adulte comme Eminem, la hargne diluée dans de prévisibles assauts contre Bush, la guerre en Irak ou le réchauffement climatique.

> Le clip le plus rigolo de l’année : Cross Wires des Superchunk

Méchant Kiki !

> Le tube de l’été de l’année : Wonderful de My Morning Jacket

Évidemment, quand on dit tube de l’été, on ne pense pas à ces ritournelles prétendument importées de Polynésie – en vérité enregistrées par des requins de studio à Longjumeau –, mais à ces chansons qui procurent une irrépressible envie de se prélasser au soleil, heureux, libre, nu de préférence. Wonderful (The Way I Feel) raconte tout ça dès son titre.
Cliquez ici pour l’écouter Lire la suite