Arrestations célèbres, de Emmanuel Bove – éd. Cent Pages

Arrestations celebres Emmanuel Bove Cent PagesDans un cahier grand format très chic, plein de fac-similés et de pages à déplier, les éditions Cent Pages ont réuni des articles de presse de celui qui fut l’un des écrivains français les plus remarquables – et les plus mésestimés aussi – du siècle dernier.

Lorsqu’il débute au Quotidien, en 1924, Emmanuel Bove peut enfin arrêter d’écrire les vaudevilles vaguement érotiques qu’il signait sous pseudo, et se concentrer sur sa carrière littéraire. Le journalisme ne sera jamais pour lui une vocation, mais un moyen de gagner sa vie, sporadiquement. En 1928, quand se monte l’hebdomadaire Détective qui proclame son envie d’explorer “l’envers du décor social”, Bove rejoint la cohorte d’écrivains qui participe à cet hebdomadaire consacré aux faits divers (Kessel, Roubaud, Simenon, Mac Orlan, etc.), carton de la presse populaire des années 1930, avec ses unes accrocheuses du genre “La vie secrète des femmes nues”.

De l’ouverture des jeux olympiques de 1924 à sa série des “Arrestations célèbres” réalisée pour Détective, en passant par l’invention de l’avion-bicyclette pour le concours Lépine ou le spiritisme, Emmanuel Bove aborde tous les sujets. Chez lui, ce n’est pas l’information qui est primordiale, mais la description, l’ambiance. Comme dans ses romans, il creuse dans le banal pour trouver l’universel, trouve le détail qui rend chaque scène palpable. Il suffit de regarder avec quelle minutie il décrit la météo, et notamment la pluie (la “pluie fine qu’on efface de la main sur les vêtements” ou celle qui entraîne “l’obscurité triste d’une fin d’après-midi d’automne”), pour comprendre comment Bove réussit à rendre chaque histoire unique, rien qu’en affinant le décor. Comme dans ses romans Mes Amis ou Le Pressentiment, il arrive à teinter ses articles de cette nostalgie douce-amère, ciselant des phrases qui, longtemps après les avoir lues, résonnent encore.

“A présent, le jour se lève. Le ciel est gris sans que l’on voie un seul nuage. Le sol est humide. Déjà, au loin, des cheminées fument. Quelques lumières brillent encore dans ce brouillard qui s’éclaire.
Indifférent à la tristesse de cette aube, le dur labeur de la nuit s’achève.”

Septembre 2013, 48 pages, 26 euros. Préface de Jean-Luc Bitton.

Partager l'article :
  • Print
  • PDF
  • email
  • Add to favorites
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Scoopeo
  • Wikio FR

2 réflexions au sujet de « Arrestations célèbres, de Emmanuel Bove – éd. Cent Pages »

  1. Ping : Arrestations célèbres, de Emmanue...

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>